La boutique

Tresse d’oignons de Roscoff AOP

La fameuse tresse d’oignons de Roscoff AOP ! C’est la présentation traditionnelle de l’oignon de Roscoff, celle adoptée par les Johnnies lorsqu’ils partaient en Grande-Bretagne vendre leur production. Aujourd’hui, les tresses d’oignons de Roscoff AOP sont toujours aussi pratiques à transporter et à stocker chez vous.

38

Frais de port inclus en France métropolitaine

Revenir à la boutique

La tresse d’oignons de la Maison Quéméner

Les tresses d’oignons de Roscoff AOP sont réalisées à la main dans notre hangar : c’est du fait maison ! Les tresses peuvent être plus ou moins longues en fonction du nombre de rangs d’oignons. À la Maison Quéméner, nos tresses font approximativement 1,2 kg (soit environ 13 oignons).

La tresse, qui ressemble en fait à une grappe d’oignons, se termine avec une boucle de manière à ce que vous puissiez facilement la suspendre une fois chez vous ! Pour une conservation optimale, suspendez la tresse dans un endroit frais et sec.

Comment réalise-t-on une tresse d’oignons de Roscoff AOP ?

Pour réaliser une tresse, il faut un peu de matériel (du raphia et un support papier) et surtout un bon tour de main ! Le support papier sert de squelette à la tresse, les oignons y sont attachés les uns après les autres avec le raphia.

La tresse débute toujours avec un oignon assez gros, nommé le penn kapitenn. En breton, ce nom désigne habituellement le capitaine du navire. Vous savez, celui qui embarque le premier tient la barre et débarque après tout le monde... Notre oignon penn kapitenn a le même rôle, attaché le premier et détaché le dernier.

Une fois le penn kapitenn en place, il faut constituer le premier rang, puis le second… Le raphia est enroulé de manière serrée autour de la queue de l’oignon. En plus d’être utile pour la conservation longue du bulbe, la queue sert d’accroche lors du tressage. Et comme le tressage agit comme une ligature sur les oignons, les bulbes se conservent ainsi plusieurs mois.